Warning: Illegal string offset 'source1' in /home/ma2monde/public_html/wp-content/plugins/wp-original-source/multiple-source.php on line 121

Warning: Illegal string offset 'source2' in /home/ma2monde/public_html/wp-content/plugins/wp-original-source/multiple-source.php on line 122

Warning: Illegal string offset 'source3' in /home/ma2monde/public_html/wp-content/plugins/wp-original-source/multiple-source.php on line 123

Warning: Illegal string offset 'source4' in /home/ma2monde/public_html/wp-content/plugins/wp-original-source/multiple-source.php on line 124

Warning: Illegal string offset 'source5' in /home/ma2monde/public_html/wp-content/plugins/wp-original-source/multiple-source.php on line 125
Suivez-nous facebook twitter Google+

Pierre Nkurunziza réélu président du Burundi

Agé de 45 ans et au pouvoir depuis cinq ans, Pierre Nkurunziza était le seul candidat en lice après le retrait des six candidats d’opposition qui contestent toujours la large victoire du parti au pouvoir (CNDD-FDD) lors des élections communales qui ont eu lieu le 24 mai 2010.

Le président sortant du Burundi, Pierre Nkurunziza, a naturellement été réélu pour un second mandat à la tête du Burundi avec 91,62 % des voix lors de l’élection présidentielle de lundi. Ce jeune Chef d’Etat de 45 ans est au pouvoir depuis cinq ans. Il était donné favori avant le retrait des candidats de l’opposition burundaise qui conteste la large victoire du parti au pouvoir (CNDD-FDD) aux communales du 24 mai dernier.

Selon les responsables électoraux au Burundi, le taux de participation avoisinait les 77% dans le pays. Ces résultats devraient être confirmés par la Cour Constitutionnelle dans les prochains jours, une simple formalité qui ne change rien à la situation.

Les observateurs internationaux affirment également que le scrutin s’est déroulé dans de bonnes conditions et qu’ils n’ont pas relevé le moindre signe de fraude.

Dans un message enregistré diffusé par la presse, le leader de l’opposition burundaise Agathon Rwasa explique avoir quitté Bujumbura la semaine dernière parce que le gouvernement burundais envisageait de l’arrêter sous l’accusation de préparer une nouvelle insurrection.

L’ancien rebelle et chef du parti des FNL serait ciblé à cause de ses allégations de fraude aux élections communales du mois dernier.

Aucun mandat d’arrêt n’a été dressé contre l’opposant, selon les autorités burundaises, mais M. Rwasa affirme que Bujumbura a envoyé récemment des agents secrets pour le surveiller en RDC.

Réagir à cet article

Créer un compte

Facebook IconTwitter Icon